Actualités

Construction-Rénovation Energétique et Changements Climatiques

Penser la construction et la rénovation
en intégrant les enjeux climatiques

Alors que les indicateurs climatiques mondiaux battent des records, et que si rien est fait, une augmentation de 4 à 5° de la température moyenne est probable d’ici la fin du siècle, comment pouvons-nous limiter la haute des températures l’été dans l’habitat ?

Le changement de climat étant un phénomène inéluctable, le secteur du bâtiment n’a pas le choix.
Il doit s’adapter. Et nous devons tous adapter également  notre façon de vivre notre habitat

Intégrer les changements climatiques

 

En premier lieu, il faut sans doute intégrer dans nos modèles que les vagues de chaleur et les épisodes de canicules deviennent une nouvelle norme, revenant avec plus de fréquence et davantage d’intensité.

La filière du bâtiment est au cœur des enjeux pour identifier les solutions pour atténuer le réchauffement climatique et s’adapter à la hausse des températures.

Ces enjeux sont de taille puisque le bâtiment représente 25 % des émissions de gaz à effet de serre.

Les défis pour la construction concernent :
– autant la rénovation de passoires thermiques
– que les constructions neuves pour lesquelles s’annonce la nouvelle Réglementation environnementale (RE) 2020.

Il est indispensable que les concepteurs (architectes, bureaux d’études)
prennent mieux en compte le confort des occupants avec un climat qui se modifie.

L’adaptation au changement climatique passe inévitablement par l’amélioration de la performance énergétique, au travers d’une gestion optimisée des ressources.

Cela suppose
– de développer de nouvelles techniques de construction
– d’améliorer la qualité des matériaux de construction,
– de faire évoluer les techniques de rénovation,
– de penser l’habitat autrement en faisant « entrer la nature » avec une toiture végétalisée pour optimiser la gestion des ruissellements ou des murs végétaux pour réguler la température

 

Pour limiter l’impact environnemental de ces pics de chaleur réguliers, il est illusoire de continuer à privilégier le recours à la climatisation comme unique réponse à la hausse des températures.

Très consommateurs en énergie, les systèmes de climatisation contribuent à la hausse des émissions de gaz à effet de serre.

Le confort d’été sans climatisation

Le confort d’été désigne la capacité d’un bâtiment à maintenir une température fraîche à tempérée durant l’été.

La Réglementation thermique RT 2012 a mis en place un indicateur pour le confort d’été : la Tic, La Température Intérieure Conventionnelle.
La Tic est définie à la suite d’une étude thermique.  

Pour garder son logement frais en période de forte chaleur, des solutions existent. La climatisation n’est pas toujours incontournable.

Les solutions ne manquent pas !

  • Adoptez des comportements de bon sens pour préserver la fraîcheur de votre logement en période estivale et de forte température.
  • Aérez au bon moment,
  • Anticipez la fermeture des fenêtres et des volets en cas de fortes chaleurs,
  • Faites circuler l’air la nuit,
  • Evitez l’utilisation d’appareils ménagers qui produisent de la chaleur,
  • Favorisez le brassage de l’air.

Tous ces réflexes vous aident à garder votre logement à une température acceptable en vous passant de climatisation.

 

Pour les Constructions neuves 

  • Une conception adaptée permet
    – d’avoir des factures de chauffage peu élevées en hiver
    – et de se passer de climatisation en été tout en gardant un bon niveau de confort.
  • Une maison bioclimatique ou passive est beaucoup moins réactive aux variations de température qu’une maison traditionnelle.

Construire en tenant compte des exigences en matière de confort d’été, permet de réduire considérablement  ses besoins énergétiques sans perte de confort et sans avoir recours à la climatisation conventionnelle.