Actualités

Avec la RE2020, priorité à la sobriété énergétique

La réglementation actuellement en vigueur et qui sert de référence en matière de construction est la réglementation thermique RT 2012.

À partir de l’an prochain, elle sera remplacée par la réglementation environnementale RE2020.

Et ce sont les constructeurs de maisons individuelles qui seront les premiers à l’appliquer ! 

Quels changements avec la RE2020 ?

Il est important de rappeler que la RT2012 restera en vigueur jusqu’à l’entrée en application de la RE2020 prévue à l’été 2021.
La RE2020 s’appliquera donc seulement aux bâtiments construits après l’entrée en vigueur du texte de loi.

Mais ce qui est d’ores et déjà acquis, c’est on passe d’une réglementation thermique à une réglementation environnementale.

Alors que le principal objectif de la RT2012 était de limiter la consommation d’énergie primaire des bâtiments neufs à un maximum de 50 kWhEP/(m².an) en moyenne, la RE2020 qui s’annonce donne la priorité à la sobriété énergétique.

Dès l’été prochain, les quantités de gaz à effet de serre émises par les maisons individuelles neuves devront être limitées à 4 kg de CO2/an/m². Pour les appartements, le plafond sera de 6 kg de CO2/an/m² mais seulement à compter de l’année 2024.

Si le moteur de calcul de la performance énergétique d’un bâtiment n’est pas amené a priori à évoluer, les indicateurs qu’il intègre vont changer.

Un renforcement de l’indicateur Bbio

La RE2020 se veut plus exigeante que la RT2012, en abaissant le seuil maximal de l’indicateur de besoin bioclimatique Bbio de 30% pour la construction d’une maison neuve.
Avec une nouveauté, la prise en compte des besoins en froid (Bbio froid) pour améliorer le confort d’été, le grand absent de la RT2012.

Le confort d’été

Les épisodes de canicule et les vagues de chaleur plus fréquentes ont mis en évidence l’inconfort d’été de nombreuses maisons construites selon la RT2012.

 

Avec la RE2020, le CEP coefficient d’énergie primaire qui prend en compte les consommations de chauffage, de refroidissement, d’éclairage, de production d’eau chaude sanitaire et d’auxiliaires (pompes et ventilateurs) intégrera aussi  les besoins de froid sous la forme d’un nouvel indicateur exprimé en degré.heure (DH).

La fin des énergies fossiles

Concernant la sobriété énergétique, le Gouvernement vise clairement à sortir le gaz et le fioul des constructions neuves en introduisant un seuil maximum d’émissions de carbone.

L’enjeu est de cesser d’utiliser les énergies fossiles alors que 21 % des maisons individuelles neuves utilisent encore le gaz comme solution de chauffage.

Pour une maison individuelle, le seuil de 4 kgCO2/m2/an fixé par la RE2020 exclura de fait les systèmes utilisant exclusivement du gaz et favorisera les systèmes de type pompes à chaleur, chauffage biomasse ou réseaux de chaleur.

Diminuer l’impact de la construction

La grande nouveauté de la RE2020 est la prise en compte des émissions de gaz à effet de serre sur toute la durée de vie des bâtiments. Intégrer le facteur carbone tout au long de son cycle de vie, y compris lors de la construction va considérablement influencer les choix constructifs.

Les systèmes constructifs bas carbone, notamment bois et biosourcés vont être plébiscités.

La réglementation sera progressivement de plus en plus exigeante, depuis son entrée en vigueur en 2021, jusqu’à 2030 avec trois jalons prévus en 2024, 2027 et 2030 qui constituent autant de marches de rehaussement des exigences, avec des seuils de réduction respectifs de -15%, -25% et -30.

Avec la RE2020, les nouveaux bâtiments (et en premier lieu les maisons individuelles) ne devront plus seulement être les plus économes possibles en énergie, ils devront également produire leur propre énergie et comporter un bilan énergétique neutre ou positif.

Dépassant la réduction de la consommation d’énergie imposée par la RT 2012, les bâtiments à énergie positive (BEPOS) constitueront la nouvelle norme de la construction.

Les projets de textes précisant les contours de la RE2020, et en particulier les seuils énergie et carbone, ont été transmis aux acteurs du BTP et aux professionnels siégeant au Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique (CSCEE).

Les premières annonces du gouvernement sur la RE2020 suscitent une multitude de réactions. Elles sont accueillies avec satisfaction ou avec défiance par les acteurs du BTP qui s’interrogent sur sa mise en œuvre et sur les performances réelles des futures constructions.

Le calendrier prévu au second semestre 2021 pour l’entrée en vigueur de la RE2020 laisse, il est vrai, peu de temps aux filières et à l’ensemble des professionnels pour s’adapter et se préparer aux changements des modes de conception et de construction, des matériaux, équipements et technologies utilisés pour l’habitat.