Actualités

Rénovation énergétique : Le BIM pour le particulier, c’est possible !

Le BIM pour le particulier c’est possible !

Le BIM, le Building Information Modeling, est une méthode, une organisation en mode projet, qui s’applique aujourd’hui plutôt à des projets de construction des bâtiments collectifs, tertiaires et industriels.

La représentation virtuelle d’un élément d’un bâtiment en 3D, avec les attributs décrivant ses propriétés (matériaux, résistance mécanique et thermique), facilite la maîtrise des projets de construction.

L’usage de la maquette numérique et du BIM tend à se généraliser sur les grands chantiers.
Alors est-il possible et utile d’appliquer le BIM sur les chantiers de la rénovation thermique des logements des particuliers ?

Entretien sur ce sujet avec Manuel Adam, gérant de 3Dynamique, qui participe, à son échelle, à la transition numérique du bâtiment. Il intervient avec son scanner 3D dans les domaines de l’architecture, du bâtiment et de l’immobilier, du patrimoine et l’industrie.
C’est quoi le BIM et la maquette numérique ?

Une méthode pour maîtriser la qualité d’un produit fini, un bâtiment, aussi bien en termes de coût, de délais que du « bien réalisé ».
Parmi les outils utilisés pour appliquer la méthode BIM, il y a un élément central qui se matérialise avec la maquette numérique.
–> Cette maquette numérique est le dessin en 3D du bâtiment avec toutes les informations de composition du bâti, de performance et toutes les caractéristiques des matériaux mis en oeuvre.

L’objectif est de favoriser l’interopérabilité entre les différents acteurs d’un chantier grâce à la  centralisation et à la mise à disposition des données en temps réel via notamment un dessin 3D enrichi.

 

Aujourd’hui, le BIM et la maquette numérique
peuvent-ils s’appliquer aux problématiques
de la rénovation énergétique d’une maison individuelle ?

« Oui, que ce soit pour un bâtiment tertiaire de 80 000m² ou pour la rénovation d’une maison, la problématique est identique,  c’est l’échelle qui change.
Sur un chantier, les différents corps d’état ne communiquent pas toujours entre eux et ne coordonnent pas systématiquement leurs interventions, les plans disponibles sur le chantier ne sont pas toujours de la dernière version… Ce qui entraine souvent des défauts dans la réalisation, des retards de livraison et parfois même des tensions entre les intervenants.

Avec la force d’interaction proposée par le BIM et les outils numériques, les acteurs du chantier- maîtrisent mieux les travaux, – ont accès aux derniers plans – et peuvent avoir une vue d’ensemble des ouvrages à réaliser.

Ils peuvent ainsi anticiper les risques d’interaction avec un autre corps d’état notamment.

Concrètement, comment cela se matérialise le BIM sur un chantier de rénovation ?

Pour les chantiers de la rénovation énergétique, on part de l’existant, et on va le numériser avec un scanner 3D. Ce qui constitue le fondement de la base de données de l’ensemble du bâtiment. L’avantage de la numérisation, c’est la complétude des informations obtenues.

Sur la base de cette numérisation, différents outils sont créés : visite virtuelle à 360° avant rénovation, maquette numérique créée sur la base du nuage de points issu de la numérisation. Et selon les besoins du maître d’œuvre, de l’architecte ou du maître d’ouvrage, on peut générer des vues immersives de l’état projeté d’un bâtiment rénové.

Exemple d’un nuage de points issu du scanner 3 D utilisé dans le cadre de l’expertise d’un restaurant. 

 

A partir de ces outils, nous sommes en capacité d’assurer la fluidité des données.
Ce qui est l’enjeu majeur du BIM pour que les acteurs d’un chantier puissent échanger et élaborer un projet commun.

C’est sur cette question de l’échange des données que se situe tout l’intérêt du BIM ?

En effet.
La maquette numérique permet de donner à chaque entreprise des informations géométriques et quantitatives comme
– la surface précise des isolants à poser,
– les dimensions des menuiseries à installer,

… mais aussi des données qualitatives comme
– la performance des matériaux à mettre en oeuvre.

Les intervenants gagnent ainsi efficacité.

  • Une visite virtuelle peut être enrichie par les différents intervenants
    – bureau d’études,
    – maître d’œuvre,
    – conducteur de travaux
    et mise à disposition des compagnons du chantier via un smartphone ou tout autre outil numérique.
  • Le contenu de cette visite virtuelle enrichie peut aller
    – de la localisation des modules d’entrée d’air de la VMC,
    – jusqu’aux documents décrivant les règles de l’art qui devront être respectées,
    – en passant par la vidéo explicative du fabricant du produit, participant ainsi à la formation des compagnons directement sur le chantier, et améliorant donc la qualité de la mise en œuvre.

Etat Actuel du logement

Modélisation Numérique

Le coût de la mise en place du BIM peut paraître important par rapport à la taille d’un chantier de rénovation thermique d’une maison individuelle.

Mais en appliquant cette méthode on diminue le coût de la non-qualité en améliorant l’interopérabilité entre les intervenants et en sécurisant l’organisation du chantier.

La promesse du BIM c’est la fluidité des données
– pour favoriser la maîtrise de la qualité,
– pour diminuer le nombre de sinistres
– et pour le confort des maîtres d’ouvrage en assurant la performance.

 

 

Article réalisé avec 3DYNAMIQUE
Manuel Adam Tél. : 02 61 45 01 00
https://www.3dynamique.fr/ contact@3dynamique.fr